dimanche 25 juin 2017

Le Doc a lu pour vous





De quoi ça parle : Une histoire pas si originale d’un couple qui s'aime mais avec des non dits des malentendus, des parcours atypiques, l’homme a un lourd secret, la femme est une ancienne star d’Hollywood qui a organisé sa disparition et fait en sorte qu’on la croit morte. L’action se déroule dans ma région bien aimée du Donegal, mais aussi à Londres, Hollywood, Brooklyn….




Pourquoi j'ai aimé : Parce que c’est un chef d’oeuvre, pas une chef d'oeuvre par l'histoire, la trame, mais un chef d'oeuvre d'écriture. C'est pourquoi que même si ce roman parle peu d’adoption je voulais vous en parler tant c’est une merveille par son style, sa construction, ne le manquez pas !


Et l'adoption dans tout ça : On en parle peu, deux chapitres seulement, où on suit le mal être d’un couple (personnages secondaires du roman)  en mal d’enfant,  puis l'angoisse du premier soir, lors de l’adoption en Chine de leur fille. Avec un message que je conseille souvent : se faire accompagner.

dimanche 18 juin 2017

Echangé ou remboursé... Un service après vente à très long terme






Pas trop de commentaires de ma part devant cette ignominie, juste deux messages, quand on lit cet article  (cliquez là) on se dit que l'agrément c'est quand même bien, pour éviter que trop de gens ne soient pas préparés à l'adoption .... et surtout, surtout que la plénière est indispensable en cas d'adoption internationale !

mardi 13 juin 2017

Journée Elisabeth Rousseau 2 : Encore possible de s'inscrire

La journée s'annonce passionnante, c'est dans dexu jours.

Tout ceux qui veulent encore s'inscrire le peuvent, je viens de découvrir un petit bijou que je ne connaissais pas ou que j'avais oublié pour rendre hommage à la super équipe de la première journée en 2009

Il faut cliquer là

lundi 29 mai 2017

Le programme détaillé de La Journée Elisabeth Rousseau.... il est encore temps de s'inscrire



Deuxième Journée Elisabeth Rousseau
L’enfant à Besoins Spécifiques
Vendredi 16 juin 2017
Faculté de Médecine de Dijon

Programme détaillé et Présentation des intervenants


L’enfant à besoins spécifiques :
Enfant à besoins spécifiques, enfant à particularités ou enfant à risque surajouté… quelqu’une soit le terme de vocabulaire, depuis quelques années ces « EBS » ont envahi le territoire de l’adoption. Mythe ou réalité, danger ou chance pour l’adoption… de multiples spécialistes d’horizons différents vont en débattre pendant une journée

Matin :

Renaissance d’Elisabeth Rousseau - JV de Monléon
Elisabeth Rousseau est sans doute la première adoption internationale qui s’est déroulée en France, cette adoption a eu lieu à Beaune en Bourgogne au moment de la Renaissance. Nous avons voulu donner son nom à ces journées de formation et d’échange sur ce grand sujet
JV de Monléon, anthropologue, écrivain, mais surtout pédiatre a fondé il y a 18 ans au CHU de Dijon, la plus grande consultation d’Europe pour l’accueil et le suivi des enfants adoptés. Il est membre du Conseil National de la Protection de l’Enfance.

Du bébé en bonne santé des années 2000 au « grand » à besoins spécifiques des années 2010 – Etude Comparative – Richard Guillemain
On dit souvent qu’il y a 10 ans, 15 ans, 20 ans on adoptait des bébés en bonne santé, et … depuis on ne peut adopter que des enfants grands et malades. Une étude réalisée au CHU de Dijon permet de comparer de manière claire les enfants des années 2005-06 avec les enfants … les résultats vont amener des surprises.
Richard Guillemain est un jeune pédiatre qui travaille à Mâcon, son sérieux égale sa gentillesse. Cette étude est sa thèse de médecine.


Est-ce que j’ai une tête à besoins spécifiques - Regard d’adopté  Julien Pierron
Est-ce que j’ai une tête à avoir un enfant à besoins spécifiques – Regard d’adoptant Nathalie Parent
Deux conférences en parallèle pour voir comment les adoptés vivent ce qualificatif et les parents adoptifs et futurs parents, ce « risque » d’avoir des enfants différents.
Julien Pierron, touche à tout génial, grand passionné, médecin de famille dans un charmant village viticole, est le vice-président de la Voix des Adoptés
Nathalie Parent, est la présidente nationale de la grande et indispensable association Enfance et Famille d’Adoption, elle dirige cette institution avec fermeté et humanité.
Tous deux sont membres du Conseil National de la Protection de l’Enfance.


Débat : Comment préparer les familles « aux besoins spécifiques » – Anne-Marie Dussol, Gérard Garnier et JV de Monléon, débat animé par Frédéric Huet
Préparer les futurs parents à l’adoption d’un enfant particulier, les aider surtout à appréhender, à accepter tels ou tels facteurs de risques est un travail difficile. Trois expériences différentes seront confrontées, comparées dans le but de s’entraider, de trouver le meilleur moyen d’éclairer les familles … et d’accueillir au mieux les enfants !
Anne-Marie Dussol fut la présidente dynamique et bienveillante d’EFA 21, depuis deux ans, elle anime avec Julien Pierron un atelier de préparation pour les futurs adoptants
Gérard Garnier est le médecin de l’Agence Française de l’Adoption, son ambition est le souci de la prévention et de faire en sorte que les adoptants soient bien préparés pour répondre à l’intérêt supérieur de l’enfant.
Frédéric Huet est un grand passionné, un grand passionné de la pédiatrie, de l’enseignement de la médecine. Il est l’exemple que la précocité et l’hyperactivité ne sont pas toujours une catastrophe. Plus jeune professeur de pédiatrie de France, il est aussi le plus jeune doyen d’une faculté de médecine de France. Il apportera son expérience de « faux naïf » pour animer le débat.


Déjeuner Buffet

Après-midi :

Que penser des dossiers d’origine ? – Pauline Bonniaud
Cette question est souvent posée, quelle est la réalité d’un dossier étranger entre pathologies dissimulées, oubliées, non diagnostiquées mais aussi exagérées. Une étude récente au CHU de Dijon permet d’apporter une réponse scientifique.
Pauline Bonniaud fait aussi partie de cette génération de jeunes pédiatres sérieux, travailleur et passionné par les enfants que nous avons eus la chance de former à Dijon. Cette étude est sa thèse de médecine.


Communications avec les institutions des pays d’origine - Marie-Claude Riot
La réalité du terrain – Suzanne Mathern
Ces deux communications vont permettre de faire comprendre à la fois aux professionnels, mais aussi aux adoptés, adoptants et futurs adoptants, le rôle essentiel des Organismes Agréés pour l’Adoption (OAA). Au niveau institutionnel et aussi au niveau du terrain.
Marie-Claude Riot est la présidente de la Fédération Française des OAA. Elle est membre du Conseil National de la Protection de l’Enfance.
Suzanne Mathern est vice-présidente de l’OAA Les Enfants de l’Espérance, responsable du pôle Inde. Du Kerala au Manipur elle sillonne l’Inde pour rencontrer les enfants apparentés à ses familles et les responsables de leurs orphelinats et entretenir les relations avec les autorités indiennes.


Les réalités du terrain diplomatique (ou perspectives de l’adoption internationale)– Odile Roussel
Il est fort difficile d’imaginer le futur de l’adoption internationale tant on semble avancer sur des sables mouvants, cette conférence pourra nous expliquer quelques situations actuelles et tenter de nous annoncer quel avenir nous attend.
Son excellence Odile Roussel est l’ambassadrice de l’adoption internationale, avec courage et dévouement, elle tente de faire en sorte que l’adoption internationale se passe… et surtout se passe bien. Elle aussi est membre du Conseil National de la Protection de l’Enfance.


Conclusion : L’enfant à besoins spécifiques existe-t-il ? – JV de Monléon
Il sera difficile de conclure une journée aussi riche, mais ce défi sera tenté pour permettre à tous de partir avec des messages importants



La minute de Bernardo – Bernard Tomianka
A plusieurs reprises Bernard Tominaka se permettra d’intervenir. Encore un passionné, passionné de jazz, passionné de Seychelles, passionné d’adoption, passionné de Coco Lopez, et plus encore passionné de Colombie. Avec sa femme Annie (très grande dame, trop vite partie), ils ont œuvré pour les enfants de ce pays facilitant l’accueil de ceux qui ont adopté en France, trouvant des aides pour ceux qui sont restés en Colombie.
Attention l’humour de Bernardo est irrésistible, mais il est aussi très vif et souvent décapant… ça peut piquer !

vendredi 14 avril 2017

Tous à Dijon le 16 juin pour parler d'adoption : des Nouvelles de la JER 2

La Journée Elisabeth Rousseau arrive à grands pas.

Sa page Facebook s'étoffe

Pour ceux qui ne dispose pas du serveur social indispensable, voici les informations qui circulent : 

Elisabeth Rousseau est sans doute, la première adoption internationale réalisée en France, puisque cette petite fille, d'origine suisse a été adoptée en 1634 par une riche famille de Beaune en Bourgogne.
Non loin de là, à la Consultation d'Adoption du CHU de Dijon, us avons décidé de donner le nom de cette petite fille à des journées de formation ouvertes à tous pour toujours mieux partager nos savoirs sur le beau sujet de l'adoption.
Les futurs adoptants apprennent vite à déchiffrer cette petite phrase magique. La santé dans l'adoption occupe depuis quelques années une part prépondérante. D'aucuns prétendent qu'il y a dix ans on adoptait des bébés en bonne santé et qu'actuellement on ne peut qu'adopter des grands qui sont malades !Avec des conférences, des débats, riches de l'expérience de professionnels de terrain, nous tenterons d'aller plus loin pour comprendre les réalités de la santé des enfants proposés pour l'adoption en 2017.
Les futurs adoptants apprennent vite à déchiffrer cette petite phrase magique. 
La santé dans l'adoption occupe depuis quelques années une part prépondérante. D'aucuns prétendent qu'il y a dix ans on adoptait des bébés en bonne santé et qu'actuellement on ne peut qu'adopter des grands qui sont malades !
Avec des conférences, des débats, riches de l'expérience de professionnels de terrain, nous tenterons d'aller plus loin pour comprendre les réalités de la santé des enfants proposés pour l'adoption en 2017.



Après une première journée en janvier 2011, avec l'aide plus qu'efficace de la Jeune Chambre Economique de Dijon, dirigée par Marianne Béarez...
... devant la demande des anciens de L'Attestation Universitaire Accueil et Santé de l'Enfant Adopté et du Diplôme Universitaire L'Enfant Adopté...et le désir de rassembler à nouveau des professionnels de l'enfance, de l'adoption, tous amis, et tous décidés à partager leur savoir, la JER revient sous forme de rencontre à thèmes annuels, en juin 2017, un sujet très médical : le (Fameux) Enfant à Besoins Spécifiques
"Pour les EBS, il faut voir avec les COCA".



Quelques renseignements pratiques

Ce sera ouvert à tous
Mais sur inscription avec une participation... il faut bien payer le buffet et le voyage de nos intervenants ....

mercredi 5 avril 2017

Père La Pudeur


Résultat de recherche d'images pour "pudeur"


Résultat de recherche d'images pour "pudeur"



Beaucoup semblent l’avoir oublié mais un médecin ou tout au moins un bon médecin doit respecter son patient, et c’est une forme de respect que de l’examiner entièrement : le voir, l’entendre, le palper…. tout cela après l’avoir interrogé.

Ce petit billet juste pour signaler une évolution, assez récente, car je constate vraiment un grand changement depuis deux ou trois ans dans la pudeur des adolescentes, mais plus des adolescents.

Même si cela n’a jamais follement enthousiasmés les enfants, adolescents et aussi adultes que le médecin les voit tout nu ou presque, qu’ils doivent selon les âges et les symptômes apercevoir la pilosité cachée, palper les roubignolles ou des glandes mammaires, jusqu'alors, la plupart l’acceptait de bonne grâce, sachant que c’était un passage obligé….

Depuis deux ou trois ans, c’est de plus en plus compliqué, je dois passer souvent plus de temps à convaincre les adolescents qu’à les examiner !
Chose bien ennuyeuse pour le spécialiste de la puberté (pour adoptés ou non) que je suis…. il est essentiel de pouvoir voir mais aussi mesurer…. la taille des coucougnettes notamment.

Après des années post soixante-huitardes marquées par des slogans dignes de certains clubs de vacances, évoquant des programmes assez faciles à comprendre comme « Tous à poil ! », nos ados deviennent très pudiques.

Les raisons ???   j’en vois plusieurs….
-  Un retour général à la pudeur qui existe véritablement sans être très marqué
- Une prise de conscience du risque pédophile qui entraine (à juste titre) méfiance vis à vis de l’adulte qui veut tripoter des zones personnelles … ce qui est une très bonne idée, mais il n'ya pas de tels risques dans une salle de consultations en présence de ses parents
- La conséquence de la précédente est que les médecins osent moins faire ces examens essentiels et les enfants n’y sont plus habitués
- Mais, la cause la plus probable à mon avis est quelque chose de bien réel, récemment évoqué dans les médias, il y a deux semaines : il s’agit de la facilité l’accès à la pornographie…. et cela est bien perturbant pour de jeunes adolescents… quand leurs pères apercevaient quelques starlettes dénudées dans des revues qu’on se passait sous le manteau, ils peuvent, encouragés par des copains tout aussi surpris et donc tout aussi braillards et fanfarons, voir les pires films pornographiques sur des écrans qui tiennent dans leur poche. Ils découvrent alors, non pas la réalité d'un acte amoureux, mais des phénomènes de foire et sont persuadés d’avoir un tout petit zizi anormal… parents et médecins pensez à protéger et rassurer nos grands « petits ».



mardi 4 avril 2017

La mort d'un ami, la mort d'un grand monsieur, la mort d'un sacré aventurier





J’ai souvent la dent dure (un peu trop) avec certaines personnes, j’ai un fort sentiment d’injustice et me donne parfois pour mission de me révolter contre les abus de pouvoir. 
Si je trouve normal (même si cela a parfois été trop brutal) que certaines notables soient tombés de leur piédestal, que l’on puisse exprimer son désaccord avec des politiques, enseignants, prêtres ou médecins (si si même avec les médecins). Et que si certains politiques, enseignants, prêtres ou médecins (si si même avec les médecins) profitent de leur profession pour dire et faire n’importe quoi ils soient punis.
Je râle souvent contre deux professions qui sont encore à l’abri de toutes critiques : les juges et les journalistes.
Attention, attention je reste persuadé que l’immense immense majorité des juges et des journalistes sont des gens très bien qui font leur boulot de manière honnête, réfléchie et en pensant avant tout au bien public…. mais on a trop souvent des exemples dans ces professions de condamnations, de maltraitances qui peuvent détruire, faire beaucoup de mal et qui échappent à toute punition car il s’agirait de la liberté de la presse et de l’indépendance de la justice !

J’ai souvent eu la dent très dure avec certains journalistes… que je surnomme méchamment les journaleux. Et, si la plupart du temps je n’ai eu qu’à me louer de mes relations avec les journalistes, avec une grande honnêteté chez Libération, Familles Chrétiennes ou le Figaro (quotidien) entre de nombreux autres…. j’ai eu des expériences très désagréables de manipulations avec le Monde ou le Figaro Madame (bien moins honnête que son mari, la dame).

Toute cette longue introduction pour rendre hommage à un ami qui vient de nous quitter, lui il était loin d’être un journaleux, lui il était loin d’être le journaliste à la botte d’un système, d’un courant de pensée. Son rôle de poil à gratter, de Robin des Bois, il l’a assumé pleinement, son franc parler il était dur de passer à côté.
On l’a souvent considéré comme un des plus grands opposants à Gaston Flotte en Polynésie, mais lorsque celui-ci a été battu aux élections, cela ne l’a pas empêché de critiquer ses remplaçants quand ils tombaient dans les mêmes travers…. et cette liberté m’a beaucoup plu. 
Ses autres « victimes » étaient les experts, les néo-colonialistes bien-pensants qui débarquaient en Polynésie fiers de leur diplômes, de leur pensée unique et qui voulaient expliquer la vie aux polynésiens…. personnellement j’aimais beaucoup ceux qui venaient expliquer aux polynésiens comment fonctionnait l’adoption…. une trentaine d’année d’expérience maladroite, contre une pratique banalisée de plusieurs siècles.

Cet homme brillant, courageux, cet aventurier qui vient de nous quitter, c’est le grand Axel du Prel, rédacteur en chef de Tahiti-Pacifique Magazine. Coeur d’or et Tête de bois, plein d’amour pour sa chère Polynésie et prêt à se servir de sa plume pour la défendre, le grand ennemi de la pensée unique et des bobos de Paris ou Papeete.


Je suis extrêmement fier qu’il fut mon rédac chef. Je lui ai fourni 4 ou 5 articles, 4 nouvelles littéraires, et j’ai même eu ma chronique pendant quelques mois dans TPM : La chronique de Ioane (prononcer Yô Ané merci) sous titrée Tahiti vu de France.



Adieu l’ami tu vas retrouver ton ami Marlon au paradis des grandes gueules…. 



Pour en savoir plus sur Axel c'est là.

Un des plus beaux livres que je connaisse sur la Polynésie, il est d'Alex :
Résultat de recherche d'images pour "le bleu qui fait mal aux yeux"

Pour poser le personnage, sa provocation et son art du coup de pied au c..,  son édito après l'élection de Trump, amateurs de pensée unique, tous aux abris...